Rhapsodie en gris

dsc2899rsolutiondelcran1.jpg

 

Un très harmonieux ensemble de bureaux vient de voir le jour avenue Feydeau, reprenant certains des grands principes lecorbusiens, déjà évoqués ici à propos des « Jardins de Vinci ».

 

 Admirons tout d’abord cette parfaite perspective:

 

dsc2881rsolutiondelcran1.jpg

 

Puis ces subtiles harmonies de gris, sur et sous les pilotis:

 

dsc2886rsolutiondelcran1.jpg dsc2887rsolutiondelcran1.jpg

 

dsc2897rsolutiondelcran.jpgdsc2893rsolutiondelcran1.jpg

dsc2890rsolutiondelcran.jpg dsc2892rsolutiondelcran1.jpg

 

Et passons maintenant aux reproches.

 

Une approche un tantinet concentrationnaire, me semble-t-il, dans le traitement des zones de travail proprement dites.

 

Histoire de ne pas oublier qu’on vient pas là pour rigoler, non mais quand même, et que le mot « travail » dérive du latin « tripalium », un instrument de torture comme seule peut en concevoir une civilisation ayant atteint le sommet de sa sophistication:

 

dsc2885rsolutiondelcran1.jpg dsc2889rsolutiondelcran.jpg

 

Plus inquiétant, cet escalier, sans doute conçu par un archi ne culminant pas plus haut que le mètre soixante-quinze:

 

dsc2891rsolutiondelcran1.jpg

 

Certes, le top-model anonyme, gracieusement fourni pour la photo, est une force de la nature (doublée de surcroît d’un génie avéré pour le remplacement des piles usagées, et la cuisson parfaite du riz gluant), mais tout de même, ça me paraît un peu juste…Port du casque obligatoire?

 

La carte et le territoire

(Ca y est, je l’ai commencé, mais rien à voir, ici)

 

dsc2871rsolutiondelcran.jpg

 

Dans cette commune, dès qu’on aura fini de construire des crèches et d’ouvrir des salons de coiffure, de festoyer avec les anges et de nous rejouer « Les plaideurs » à chaque conseil municipal, d’ériger des tiroirs géants dans le parc Bétailhe et de nous coller des garages à vélos partout, dans cette commune en pleine expansion/ébullition/mutation, donc, dès qu’on trouvera cinq minutes, il s’avérerait judicieux de nous remettre la cartographie à jour.

 

Mettons-nous un peu  à la place du cenonais moyen, ou du poor lonesome stranger égaré dans notre ville. Admettons qu’il cherche urgemment à poster une lettre d’amour, à relire « La princesse de Clèves » ou le dernier Houellebecq, à se faire un petit parcours sur le green ou tout bonnement à fuir au plus vite ce nid de coucous et de topographes fous.

 

Et bien, sur la carte ci-devant, il trouvera encore la Poste en face du bar-tabac, la bibliothèque à côté de la mairie, le stade de foot et la piste de bi-cross à côté de l’église…

 

dsc2872rsolutiondelcran1.jpg
 

Et le pauvre désorienté n’aura sans doute pas la présence d’esprit de regarder tout en bas à droite, sous la rose des vents plus turbulée qu’une girouette, la date du document: 1996.

 

dsc2876rsolutiondelcran.jpg

Que de changements durant ces presque quinze ans… Catastrophiques pour les uns, formidables pour les autres (et veuillez noter ma remarquable neutralité, merci).

 

Dans tous les cas, on ne pourra pas dire qu’Artigues s’est endormie sur ses haies de laurier!

 

dsc2875rsolutiondelcran1.jpg

Deux voies

dsc2885rsolutiondelcran.jpg

 

 

Je trouve l’Avenue de Teycheney très représentative de l’identité urbanistique artiguaise. Encore un peu imprécise. Un peu près de tout, mais un peu loin aussi.

 

Comme une frontière, hésitant encore entre ville:

 

dsc2896rsolutiondelcran.jpg

 

et campagne:

 

dsc2883rsolutiondelcran.jpg

 

Une avenue à deux voies. L’une nous emmène à Lormont la dense,  l’autre à Yvrac la calme (mais ça bétonne pas mal là-bas aussi…) Les deux extrémités.

 

D’ailleurs, Yvrac est juste de l’autre côté de la chaussée, celui des vaches:

 

dsc2884rsolutiondelcran.jpg

 

C’est une longue avenue, pourtant elle n’est signalée que de son côté yvracais. Côté Artigues, on s’est contenté d’un panneau « Teycheney » qui désigne le quartier dans sa globalité.

 

 

 

Sur l’Avenue de Teycheney, on trouve bien d’autres dualités. Des vieilles pierres:

 

dsc2886rsolutiondelcran.jpg
dsc2887rsolutiondelcran.jpg

 

Et du pavillon bling:

 

dsc2902rsolutiondelcran.jpg

 

 

Des perspectives bizarres, aussi:

 dsc2892rsolutiondelcran.jpg

 

 

C’est là que se niche l’un des plus joli jardin d’Artigues:

 

dsc2893rsolutiondelcran.jpg

 

Et l’une de ses plus jolies maisons, organico-futuriste, que je rêverais de visiter:

 

dsc2891rsolutiondelcran.jpg

 

Un atelier au charme suranné:

 

dsc2888rsolutiondelcran.jpg

 

 

D’un côté, le calme, un calme végétal et ruminant. De l’autre, le calme aussi, mais plus minéral et pavillonnant.

 

Et juste en contrebas, le vrombissement des voies rapides qui nous emportent vers des villes, des vraies.

 

 

dsc2899rsolutiondelcran2.jpg

Pavillon champignon

 

 

dsc2729rsolutiondelcran.jpg
Vous l’avez sans doute remarqué, mais le nombre de pavillons qui poussent à côté de maisons déjà existantes, comme les petits champignons après les premières pluies d’automne, est en constante augmentation.

 

Lors d’une transaction immobilière, on ampute un morceau de terrain et on le propose à la vente. Les agents immobiliers vous y incitent d’ailleurs judicieusement (ou pas) dès que votre jardin dépasse le standard commun, à savoir: juste assez de place pour le barbecue, la tondeuse, la balançoire, et l’abri de jardin pour ceux qui ont vraiment réussi dans la vie.

 

dsc2731rsolutiondelcran.jpg
En ces temps de crise du logement, et de crise tout court, on fait ainsi d’une pierre trois coups: on rentabilise son bien, on résout à son petit niveau le problème de la pénurie de logements, et on a moins de chemin à faire pour aller emprunter un peu de farine ou de sel à sa voisine.

 

A l’inverse, certains cherchent à accroître et non à amputer. Ils se tournent alors vers l’agrandissement, par le haut, de leur surface habitable. Le résultat est souvent fort joli, et donne un petit coup de peps aux pavillons démodés:

 

Nos avisés voisins cenonnais, quant à eux, peuvent désormais bénéficier d’un service très malin. Une fois par mois, à la mairie, un architecte-conseil se tient à la disposition de tous ceux qui souhaitent agrandir, rénover, ou faire construire sur la commune.

 

Une vraie bonne idée, que toutes les banlieues pavillonnaires devraient copier sans vergogner.

 

 dsc2733rsolutiondelcran.jpg

 

12345...10
 

Alex Blog |
Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cplespilettes
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres