Cadavre exquis

 

6fe31sbl.jpg 540241756.jpg

 

Robert Rauschenberg est mort le 12 mai, presque en même temps que Pascal Sevran, lui aussi autre grand néo-dadaïste dans son style, finalement.

 

« La bite / des noirs / est / responsable de / la famine / en Afrique « : quel cadavre exquis parfait cela aurait fait!…

 

Robert Rauschenberg est mort le 12 mai, et sa mort est passée presque inaperçue à côté de celle de Pascal Sevran. C’est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup.

 

Il passait beaucoup moins à la télé, faut dire, et c’était juste le plus grand peintre américain contemporain, devant Warhol et Rothko. Et qui faisait tourner tous les moulins de mon coeur.

 

Dans les années 50, quand l’abstraction battait son plein, il fut le premier à revenir à l’objet , sa récupération, sa représentation .

 

Il faisait, entre autres, des « combine paintings »: grands collages mêlés à ses peintures. A une spectatrice qui lui demandait à quoi ça pouvait bien rimer tout ça, il répondit:

 

 » Pourtant , vous êtes une combine painting vous aussi! Vous portez du rouge sur les lèvres, du bleu sur les yeux, une plume d’oiseau sur votre chapeau, une robe à fleurs, un manteau de fourrure et des perles créées par les huîtres! « 

 

Et rien d’intellectualisé chez lui, rien de froid. Que le bonheur de peindre ,qui ne l’a jamais quitté, la joie de se colleter à la matière et de faire marcher ses mains « qui lui servaient de cerveau ». Il aimait la vie, les plantes et les rencontres. Il travailla avec des musiciens (John Cage), des chorégraphes (Merce Cunningham).

 

Il disait:« Ma plus grande peur est de venir à bout du monde. Je dépends entièrement de ce que je ne connais pas encore ».

 

Sa référence ultime fut Matisse. Et il a réussi ,comme lui ,à atteindre la plus parfaite sensualité, stylisée jusqu’à l’épure.

 

La magie Rauschenberg.

 

Et on l’aimera encore lorsque l’amour sera mort.

 

 

rrc02.jpg

 

Et demain: spécial Fête des Mères!!
 

 

Adoptez Rintintin

rtt.jpgrintintin.jpg

Le muguet c’est bien joli et ça sent bien bon. Mais comme porte-bonheur, c’est un peu ringard.
Moi, je préfère Nénette et Rintintin, les mascottes des poilus. Ces petites poupées de laine furent si populaires pendant la Grande Guerre, qu’on les mit même en chansons ou en cartes postales. Elles étaient distribuées aux soldats alliés, et leur réputation franchit les frontières.

Elles sont oubliées aujourd’hui, même si des petites filles s’amusent parfois à en fabriquer avec trois brins de laine. Mais c’est pourtant à elles que Rintintin, le chien star de Hollywood doit son nom…

 

 

rttt.jpg

 

 

 

 

 

Sénèque plus ultra

seneque.jpg La mort de Sénèque, par RUBENS

 

Que la honte soit sur la médiathèque Gabriela Mistral d’Artigues-près-Bordeaux!

 

Elle ne possède AUCUN écrit de mon ami Sénèque, philosophe certes barbu, mais surtout pas barbant. (Et elle n’a rien de Blaise Cendrars non plus, mais c’est un autre débat).

 

Grand maître du stoïcisme (ou comment vivre heureux en attendant la mort… ), Sénèque n’aura vécu que dans de beaux endroits ensoleillés (Cordoue, Rome, la Corse…) ce qui aide indubitablement à atteindre plus vite la sérénité.

Il a été le précepteur de Néron (et le précepteur du genre humain, ajouta Diderot), ce qui nécessita effectivement une bonne dose de stoïcisme.

 

D’ailleurs, quand Néron lui demanda fort poliment de bien vouloir se suicider, Sénèque ne fit ni une ni deux, sauta allègrement dans sa baignoire où il se trancha les veines, tout en devisant aimablement avec quelques amis.

 

Très facile à lire, parfois même un brin guilleret dans son style, Sénèque est bien plus agréable à fréquenter que le sinistre Diogène. On le connait mieux qu’on ne le croit , à travers certaines expressions passées dans le langage courant: « Les grandes douleurs sont toujours muettes « , par exemple.

 

Ou bien: « La vie est pièce de théâtre. Ce qui compte, ce n’est pas qu’elle dure longtemps, mais qu’elle soit bien jouée. »

 

Il parle même de moi, à plusieurs siècles de distance. Ecoutez plutôt:

« (…) Comme les astres qui dirigent leur voie en un sens contraire au mouvement du monde, il (le sage, enfin moi, quoi) va à l’inverse de l’opinion générale ».

 

C’est extrait de « De la constance du sage », un essai très accessible. Mais il a aussi écrit: « Médée », « Lettres à Lucilius », « Sur le bonheur de la vie », « Les troyennes »…

 

A défaut donc de les emprunter à la médiathèque , notre libraire préféré pourra nous commander ça, à condition de tout lui épeler bien lentement, le pauvre. (magpresse.blogspot.com)

Allez, la prochaine fois, je vous raconte comment Machiavel a sauvé mon couple…

Un blog qui vous veut du bien

 

corbeauaff1pt.jpg

 

Il y a une dizaine de jours, j’ai imposé aux éléments les plus boutonneux de ma progéniture le visionnage du DVD « LE CORBEAU » (H.G. Clouzot), emprunté à la médiathèque.

Plutôt réticents au début (« le noiréblanCnaz !« ), ils étaient complètement emballés à la fin. La parfaite maîtrise du noir et blanc permet justement à Clouzot d’explorer toutes les nuances du bien et du mal, en décrivant les ravages de la calomnie et du soupçon dans une petite ville.

C’est un film de 1943, et on peut s’amuser (ou pas), à y voir une métaphore de la France occupée.

Du coup, on a embrayé avec « Quai des orfèvres », du même Clouzot, et avec le même bonheur. Dommage: la médiathèque ne dispose pas de « L’assassin habite au 21″, le troisième chef-d’oeuvre de Clouzot, et adapté lui aussi d’un roman de S.A Steeman.

Tant pis: je vais devoir imposer aussi la lecture de ce bouquin dont l’intrigue est géniale…

« Lirsamgavgrav ! »

1...45678
 

Alex Blog |
Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | toute ma vie !!!
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres