dsc2899rsolutiondelcran1.jpg

 

Un très harmonieux ensemble de bureaux vient de voir le jour avenue Feydeau, reprenant certains des grands principes lecorbusiens, déjà évoqués ici à propos des « Jardins de Vinci ».

 

 Admirons tout d’abord cette parfaite perspective:

 

dsc2881rsolutiondelcran1.jpg

 

Puis ces subtiles harmonies de gris, sur et sous les pilotis:

 

dsc2886rsolutiondelcran1.jpg dsc2887rsolutiondelcran1.jpg

 

dsc2897rsolutiondelcran.jpgdsc2893rsolutiondelcran1.jpg

dsc2890rsolutiondelcran.jpg dsc2892rsolutiondelcran1.jpg

 

Et passons maintenant aux reproches.

 

Une approche un tantinet concentrationnaire, me semble-t-il, dans le traitement des zones de travail proprement dites.

 

Histoire de ne pas oublier qu’on vient pas là pour rigoler, non mais quand même, et que le mot « travail » dérive du latin « tripalium », un instrument de torture comme seule peut en concevoir une civilisation ayant atteint le sommet de sa sophistication:

 

dsc2885rsolutiondelcran1.jpg dsc2889rsolutiondelcran.jpg

 

Plus inquiétant, cet escalier, sans doute conçu par un archi ne culminant pas plus haut que le mètre soixante-quinze:

 

dsc2891rsolutiondelcran1.jpg

 

Certes, le top-model anonyme, gracieusement fourni pour la photo, est une force de la nature (doublée de surcroît d’un génie avéré pour le remplacement des piles usagées, et la cuisson parfaite du riz gluant), mais tout de même, ça me paraît un peu juste…Port du casque obligatoire?