(Ca y est, je l’ai commencé, mais rien à voir, ici)

 

dsc2871rsolutiondelcran.jpg

 

Dans cette commune, dès qu’on aura fini de construire des crèches et d’ouvrir des salons de coiffure, de festoyer avec les anges et de nous rejouer « Les plaideurs » à chaque conseil municipal, d’ériger des tiroirs géants dans le parc Bétailhe et de nous coller des garages à vélos partout, dans cette commune en pleine expansion/ébullition/mutation, donc, dès qu’on trouvera cinq minutes, il s’avérerait judicieux de nous remettre la cartographie à jour.

 

Mettons-nous un peu  à la place du cenonais moyen, ou du poor lonesome stranger égaré dans notre ville. Admettons qu’il cherche urgemment à poster une lettre d’amour, à relire « La princesse de Clèves » ou le dernier Houellebecq, à se faire un petit parcours sur le green ou tout bonnement à fuir au plus vite ce nid de coucous et de topographes fous.

 

Et bien, sur la carte ci-devant, il trouvera encore la Poste en face du bar-tabac, la bibliothèque à côté de la mairie, le stade de foot et la piste de bi-cross à côté de l’église…

 

dsc2872rsolutiondelcran1.jpg
 

Et le pauvre désorienté n’aura sans doute pas la présence d’esprit de regarder tout en bas à droite, sous la rose des vents plus turbulée qu’une girouette, la date du document: 1996.

 

dsc2876rsolutiondelcran.jpg

Que de changements durant ces presque quinze ans… Catastrophiques pour les uns, formidables pour les autres (et veuillez noter ma remarquable neutralité, merci).

 

Dans tous les cas, on ne pourra pas dire qu’Artigues s’est endormie sur ses haies de laurier!

 

dsc2875rsolutiondelcran1.jpg