• Accueil
  • > Archives pour novembre 2010

Sous X

 

dsc3011rsolutiondelcran.jpg

La nouvelle crèche sera bientôt adoptée par tous les artiguais. Mais il faut d’abord la baptiser, lui trouver un petit nom sympa, pas trop cucul, mais pas trop formel non plus.

 

La mairie attend nos suggestions. Pour ma part, je propose: « Cépatroto » ou bien « Méonsgarou? », guillerets comme une comptine, faciles à mémoriser, et fleurant bon le vécu.

 

Mais comme je doute qu’ils soient acceptés, (et que je voudrais bien vous y voir), allez-y, lâchez-vous, et suggérez donc!

 

(Le blog va hiberner quelques jours. A plus tard.)

 

 

Boîte à ouvrages

 

dsc2999rsolutiondelcran.jpg

 

La Malle aux idées est une association artiguaise très active, et toujours prête à animer des ateliers cuisine, à décorer des granges Bétailhe, à organiser des défilés de mode, à préparer des Noëls faits main.

 

Samedi dernier, elle a tenu sa journée portes ouvertes, dans l’annexe du château Lestrille. L’occasion de découvrir les multiples activités manuelles proposées:

 

 dsc2995rsolutiondelcran.jpg dsc3004rsolutiondelcran.jpg

 

dsc3008rsolutiondelcran.jpg dsc2994rsolutiondelcran.jpg

 

 Le mercredi 1 Décembre, elle animera un atelier, ouvert à tous, petits ou grands, à base de récup. et sur le thème de:

 

dsc2997rsolutiondelcran.jpg

 

Récup également pour le nouvel atelier déco/bricolage, aimé par Sandrine, qui devrait se tenir tous les troisièmes lundi de chaque mois.(Renseignements au 06-07-61-63-49)

 

 La Malle aux idées planche aussi sur le thème des prochaines rencontres inter-générationnelles:

 

dsc2998rsolutiondelcran.jpg

 

Ci-dessous, la très dynamique Jocelyne Naud, accompagnée de sa vice-présidente, Mme Renée Marrier:

 

dsc3000rsolutiondelcran.jpg

 

Et là, Josette, qui fait sa chouette:

 

dsc3007rsolutiondelcran.jpg dsc3005rsolutiondelcran.jpg

Zitto!

 

(Zitto!= Injonction italienne, pouvant se traduire par: Chut! Tais-toi! Vas-tu la boucler, par Zeus??!!! Etymologie inconnue.)

 

dsc2963rsolutiondelcran.jpg

 

Puisque j’ai commencé à vous faire partager mes impressions de lecture (dans le cadre du Prix Littéraire), je me dois de continuer, afin de ne pas me faire taxer d’infâme lobbyiste désavantager les derniers ouvrages en lice. Equité et Objectivité sont d’ailleurs mes seconds prénoms.

 

Donc, vous l’aurez voulu: j’ai  franchement détesté « Le premier mot » d’Alexiakis, que j’ai laissé choir en son plein milieu. Très érudit, certes (on apprend des TONNES, mais vraiment des TONNES, de choses passionnantes à chaque page, tiens, par exemple, qu’il y a des Sudokus dans Le Monde, ça me sidère), mais trop, trop bavard…

 

Bon, je dois d’abord avouer ici, qu’en fait je n’aime pas tellement les mots, et que, surtout, je déteste parler.

 

Je ne m’y résous, et fort mal, que pour maintenir un fin vernis de sociabilité (la plupart du temps largement  à côté de la plaque, du reste.) Je suis du genre à toujours préférer le territoire à la carte. Et le non-dit aussi, le fugace, l’impalpable, l’innommable en somme. Ceci expliquant peut-être cela.

 

Mais ce personnage du frère, quand même… Insupportable, pédant, s’écoutant parler, traitant les femmes de son entourage comme d’insignifiantes servantes. « Et vas me réchauffer des boulettes, et remonte-moi la couverture, et fais-moi ma piqûre feignasse, et m’interromps pas quand je t’apprends la vie, et écoute-moi pérorer… »

 

 Car, dans toute la première partie, la soeurette (qui n’est pourtant pas une moussaka de l’année), doit béatement écouter son frère/seigneur/et maître d’école lui rabâcher doctement l’intégralité de ses publications universitaires…

 

Tout diplômé soit-il, il y a longtemps que je lui aurait coupé le sifflet et débranché le cathéter, moi, à cet archétype de macho méditerranéen comme on n’en fait plus. (Il a quel âge au juste Alexakis? Parce qu’il se serait super bien entendu avec mon grand-père…)

 

Bon, bref, à trop parler, il en aura perdu ma voix….

 

 

Vélo boulot dojo

dsc2984rsolutiondelcran.jpg

 

Bruno Roy, quand on l’a croisé, on ne peut pas l’oublier. Vélo, lunettes, cheveux nattés et barbe de trois ans (à ne pas confondre avec la barbe de trois jours, qui demande pourtant autant d’entretien): vous le connaissez forcément, c’est le gardien de la salle omnisports d’Artigues. (« La salle aux minis sports », comme disait mon fils.)

 

Pour moi, maintenant, il est aussi un peu comme le gardien du temple, son propre temple.

 

Il n’y a pas que visuellement qu’il mérite le détour: c’est l’une de mes plus jolies rencontres artiguaises. Car, sous la tresse, se cachent de profondes pensées, et un doux sourire derrière la barbe, et un coeur patient sous les tatouages.

 

 Après un petit détour aux services techniques, puis au gardiennage du château Feydeau, cela fait sept ans qu’il s’occupe de la salle Nelson Paillou.

 

 

dsc2981rsolutiondelcran.jpg

 

Son job, c’est bien sûr de la surveillance, un peu de maintenance et beaucoup de relationnel. Avec le public, les enfants des écoles et les membres des quatre associations qui utilisent la salle: hand-ball, ping-pong, basket et X-risers (sortes d’échasses à ressorts, mais dans quelle ville de fous vivons-nous, mes amis?)

 

De sa formation en mécanique générale, il a gardé le goût du travail manuel, qu’il met désormais au service d’une cause qui lui tient très à coeur: l’écologie.

 

dsc2968rsolutiondelcran.jpg
 

Il ne se déplace qu’à vélo, il a conçu et construit les superbes poubelles qui ornent l’entrée de la salle, et c’est aussi lui qui a installé, dans un vilain trou du mur, la petite plante que l’on voit sur la photo du haut.

 

 dsc2972rsolutiondelcran.jpg

 

Bruno pratique le karaté, depuis 25 ans, dans le club de Lormont où il est formateur. Il en connaît un futon sur le sujet, qui est devenu pour lui une vraie philosophie de vie. Je l’aurais écouté des heures évoquer la philosophie wado-ryu de maître Hironi Ottustka, et l’histoire des samouraïs.

 

(J’ai vraiment fait beaucoup de progrès, cette année, dans l’étude des langues sinitiques. Ainsi, le suffixe « ryu » signifie style, alors que « kai » veut dire organisation. J’avance également vaillamment sur la Voie, mais pour la sérénité, c’est pas encore gagné. Figurez-vous que le vrai karateka privilégiera toujours l’esquive subtile à la franche dérouillée.

Moi je dis: tout ce boulot pour en arriver là… Au même point qu’un couard rachitique…Si j’arborais autre chose qu’une ceinture rose à paillettes, je ne me priverais pas, tiens, et j’aurais moins de mal à lobbyer pour le Prix littéraire…Mais bien sûr, je ne suis qu’au tout début de la Voie.)

 

 

 La tresse, c’est l’emblème du dragon ( Bruce Lee était surnommé « le petit dragon »), et la barbe aussi sera nattée, lorsqu’elle aura atteint le degré de sagesse, et la longueur, suffisants.

 

Plus Z Zen Top, que ZZ Top, ce barbu-là!

 

dsc2978rsolutiondelcran.jpg

Pour mieux coller à cette ambiance japonisante, j’ai envie de transformer un bout de calligramme apollinarien en haiku:

 

« Belles rencontres de ma vie, ô gouttelettes ».

 

Bruno est une très belle gouttelette, une de celles qui étanchent la sécheresse des journées fanées. Et le monde sera peut-être sauvé, s’il doit l’être, par de doux samouraïs comme lui, qui savent faire fleurir des nids dans des murs abimés.

 

 Les grands fleuves qui vont vers la mer, petit scarabée, ne sont constitués que de ces lumineuses gouttelettes perlées.

 

Ainsi parla Sylvie-chan.

 

dsc2969rsolutiondelcran.jpg

12345
 

Alex Blog |
Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | toute ma vie !!!
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres