dsc2885rsolutiondelcran.jpg

 

 

Je trouve l’Avenue de Teycheney très représentative de l’identité urbanistique artiguaise. Encore un peu imprécise. Un peu près de tout, mais un peu loin aussi.

 

Comme une frontière, hésitant encore entre ville:

 

dsc2896rsolutiondelcran.jpg

 

et campagne:

 

dsc2883rsolutiondelcran.jpg

 

Une avenue à deux voies. L’une nous emmène à Lormont la dense,  l’autre à Yvrac la calme (mais ça bétonne pas mal là-bas aussi…) Les deux extrémités.

 

D’ailleurs, Yvrac est juste de l’autre côté de la chaussée, celui des vaches:

 

dsc2884rsolutiondelcran.jpg

 

C’est une longue avenue, pourtant elle n’est signalée que de son côté yvracais. Côté Artigues, on s’est contenté d’un panneau « Teycheney » qui désigne le quartier dans sa globalité.

 

 

 

Sur l’Avenue de Teycheney, on trouve bien d’autres dualités. Des vieilles pierres:

 

dsc2886rsolutiondelcran.jpg
dsc2887rsolutiondelcran.jpg

 

Et du pavillon bling:

 

dsc2902rsolutiondelcran.jpg

 

 

Des perspectives bizarres, aussi:

 dsc2892rsolutiondelcran.jpg

 

 

C’est là que se niche l’un des plus joli jardin d’Artigues:

 

dsc2893rsolutiondelcran.jpg

 

Et l’une de ses plus jolies maisons, organico-futuriste, que je rêverais de visiter:

 

dsc2891rsolutiondelcran.jpg

 

Un atelier au charme suranné:

 

dsc2888rsolutiondelcran.jpg

 

 

D’un côté, le calme, un calme végétal et ruminant. De l’autre, le calme aussi, mais plus minéral et pavillonnant.

 

Et juste en contrebas, le vrombissement des voies rapides qui nous emportent vers des villes, des vraies.

 

 

dsc2899rsolutiondelcran2.jpg