dsc2623rsolutiondelcran.jpg dsc2625rsolutiondelcran.jpg


 

J’espère que vous avez eu le temps, la semaine dernière, d’aller admirer les travaux des ateliers d’arts plastiques artiguais, à la médiathèque.

 

Les 6/10 ans ont fait un magnifique travail en volume, autour de la célèbre chambre de Van Gogh à Arles. En volume, et en noir et blanc, pour rendre hommage au peintre qui se définissait lui-même comme un « coloriste arbitraire ».

 

Voici d’ailleurs comment il décrivait sa chambre (dont il peignit plusieurs versions), dans une lettre à son frère Théo:

 

« (…) les murs lilas pâle, le sol d’un rouge rompu et fané, les chaises et lit jaune de chrome, les oreillers et le drap citron vert très pâle, la couverture rouge sang, la table à toilette orangée, la cuvette bleue, la fenêtre verte. »

 

chambrevincent.jpg

 

Et, même si la perspective peut apparaître un rien arbitraire elle aussi, elle respecte pourtant scrupuleusement la forme en trapèze de la pièce. Les plans cadastraux en attestent, même si la maison, hélas, a été soufflée par un bombardement lors de la seconde guerre mondiale.

 

Dans la chambre de Vincent, qui fut si seul, tous les éléments semblent aller par deux: les portes, les tableaux, les oreillers, et ces deux chaises vides, tournées vers le lit, qui me déchirent bêtement le coeur…

 

Gotlib a fait, il y a pas mal d’années déjà, un dessin hilarant: une version trash de la la chambre jaune, mais je n’arrive pas à remettre la main dessus.

 

A défaut, voici une autre interprétation, très drôle aussi, extraite de « L’art en bazar », de Ursus Werhli.

 

lartenbazar.jpg

 

dsc2624rsolutiondelcran.jpg