dsc2080rsolutiondelcran.jpg

 

Faillites, invendus, saisies, fins de série, s’en vont souvent finir leur vie dans les bacs ou les allées d’un magasin artiguais, celui qui positive un max.

 

Pour le plus grand bonheur (enfin, on l’espère) des chalands qui viennent y déambuler, dimanche compris, à la recherche du Graal discounté.

 

Derrière chaque lot, chaque bac, c’est aussi un récit qui s’achève, un échec qui s’affiche. Des petites entreprises qui, sans bruit, ont rencontré la crise, mais de plus grosses aussi, et qui ont fait plus de fracas en s’effondrant:

 

dsc2074rsolutiondelcran.jpg
Des salons de jardin, beaux comme un rêve de prof de sciences nat., des meubles télé pour regarder Arte… et parmi eux peut-être, les commandes réglées et jamais honorées de clients floués…

 

Plus loin, des vêtements de sport, des dessous fleuris:

 

dsc2076rsolutiondelcran.jpg

 

Des livres aussi, que l’actualité a déjà démodés:

dsc2078rsolutiondelcran.jpg

 

Et, parmi les DVD, un film destiné à remettre en lumière certains évènements terribles, orchestrés par le préfet Papon lors de la guerre d’Algérie, mais qui a fini,lui aussi, par rejoindre les ténèbres ironiques de l’amnésie cinéphile:

 

 dsc2077rsolutiondelcran.jpg

 

Et plus loin, du vin, des pâtes, du thé, des produits de beauté, des verres à prix cassés….

 

 

Tiens, en voilà une dont le destin est loin d’être scellé, et l’histoire bien loin de s’arrêter dans ce dépôt artiguais:

 

dsc2072rsolutiondelcran.jpg
Vous la reconnaissez? C’est la Panton Chair, du designer danois Verner Panton, dessinée en 1960 (pour le restaurant de ses parents) et interprétée depuis dans toute une gamme de couleurs pétantes et de plastiques de pointe (car il y eut quelques fausses notes, au départ… et Vitra renonça même à l’éditer pendant plusieurs dizaines d’années pour cause de vieillissement accéléré.)

 

vernerpantonchairrsolutiondelcran.jpg

Je ne l’avais encore jamais croisée sous cette forme, sobrement et solidement revêtue de rotin, et destinée sans doute à adoucir la terrasse et la retraite d’un prof de dessin.

 

Parions que la faillite ambiante nous laissera sans doute encore longtemps le loisir de farfouiller dans ses stocks d’invendus, ultime étape avant les limbes consuméristes.

 

dsc2053rsolutiondelcran.jpg