• Accueil
  • > Archives pour février 2010

Tri fantôme

 

 

dsc1785rsolutiondelcran.jpg

(Simply poubelle la vie!)

 

 

Un peu de Klein

 

….dans l’eau froide.

 

dsc1650rsolutiondelcran1.jpg

Encore du bleu, c’est vrai, mais avouez qu’on en a bien besoin en hiver. Le bleu, on y aspire et on l’espère, on le traquerait même.

 

C’est sans doute pur cela que mon oeil a été irrésistiblement attiré par d’anodins points bleus, au bord du rond-point de Feydeau.

 

Anodins, mais tellement ultra-marins…

 

L’occasion idéale pour donner à mon fils (futur chef de file de la nouvelle figuration au XXI siècle, je vous le rappelle) une petite leçon d’Yves Klein. Peu convaincu le fiston, faut bien l’admettre. Faut dire aussi qu’il reste obstinément bloqué au cubisme, sa seule concession à la modernité, et encore ce n’est que grâce à Picasso (un genre de figure paternelle à abattre, ou à surpasser, d’après le psy très inquiet.)

 

 

 Peu convaincue moi-même, il faut bien l’admettre aussi.

 

Mais bon, en mère de famille irréprochable et soucieuse d’offrir à sa progéniture les meilleures armes pour affronter la vie

                (= ne pas prendre les vessies pour des lanternes, ni Jeff Koons pour Brancusi

                   ne pas confondre la soie avec le polyester, ni le couteau à frites avec la fourchette à hamburgers

                   toujours garder son sens critique et son crayon HB bien affûté

                    et tu seras un homme mon artiste)

 

                         … qu’est-ce que je disais déjà?? Ah oui! Je me devais donc d’aborder avec lui cet épisode de l’histoire de l’art.

 

Bien que fils d’artistes, Yves Klein a pris son temps pour revenir au bercail pictural. Un petit tour dans la marine marchande, un petit tour dans les arts martiaux (il fut une des premières ceintures noires françaises, quand même)… Il ouvrit un dojo, qu’il dut fermer très vite. Et c’est peut-être en repeignant ces murs qu’il prit goût au ripolinage monochrome.

 

yveskleinwithafghanhoundc1959printc12210223rsolutiondelcran.jpeg

 

Car le monochrome, c’est la marque de fabrique de Klein. Surtout quand il tomba fou du bleu outremer (« La couleur la plus abstraite » selon lui, « la seule couleur sans dimension ». Coincés sous notre ciel souvent si gris, on ne peut qu’approuver!)

 

Monochrome monomaniaque, Klein alla jusqu’à déposer à l’INPI, en 1960, la composition de son fameux bleu, hyper saturé en pigments, et désormais connu sous le nom de IKB (International Klein Blue).

 

Mmouais… C’est là que je coince… Vous imaginez Véronèse déposant son vert si célèbre? Et ne peignant plus que des madones intégralement vert Véronèse, et des angelots joufflus vert Véronèse, des Noces de Cana vert Véronèse…*

 

Car c’est ce qu’a fait notre Klein, qui avait tout compris à la modernité (50% d’inspiration, 10% de travail, 40% de communication bien conceptuelle). Tout y est donc passé: des carrés IKB sur fond IKB, des éponges desséchées IKB, des ballons IKB…et même des nus IKB.

 

yveskleinbluersolutiondelcran.gif
Nus qui substituaient au pinceau le corps du modèle (pas un thon si possible, vous pensez bien…), se tortillant sur la toile sous l’oeil pénétré du Maître IKB (un truc de vieux cochon, si vous voulez mon avis.)

 

post11511201123428rsolutiondelcran.jpg
 Ca a bien fait rire mon fils (futur chef de file etc, etc…), et on a tenté l’expérience avec une vieille poupée de ses soeurs.

 

Rendu pas terrible, car le plastique rigide ne remplacera jamais une vraie chair bien moelleuse, mais aucune de ses soeurs n’a accepté de se prêter à cette expérience, pourtant hautement pédagogique, au milieu du rond-point Feydeau. Nonméjvoujur… 

 

(Simple manifestation d’opposition adolescente, m’a assuré le psy, rien de bien méchant, mais j’espère qu’elles reviendront bien vite à des sentiments plus fucking filiaux.

Pour l’amour de l’art et du cochon.)

 

 3f00039rsolutiondelcran.jpg

 

dsc1646rsolutiondelcran1.jpg

 

*Une petite citation, de Picasso d’ailleurs, à l’usage des petits Klein en devenir: « En peinture, on peut tout essayer. On a le droit. A condition de ne jamais recommencer… »

 

Gimme more

 


dsc1745rsolutiondelcran.jpg

Ah tiens, un nouvel a(r)ffranchi dans la ville…On peut le suivre à la trace que sa bombe noire a laissée le long de l’avenue de la Prairie.

 

Il est passé par ici….

 

dsc1746rsolutiondelcran.jpg

 

Il repassera par là:

 

dsc1771rsolutiondelcran.jpg

 

 

Par ici aussi:

 

dsc1773rsolutiondelcran.jpg

Most: le plus, en anglais. Ce doit être un essai de signature. Ils sont marrants, les taggueurs. D’abord ils se cherchent une signature, bien large, bien épaisse, et ensuite, mais ensuite seulement, ils trouvent quelque chose à mettre au-dessus.

 

La trace de Mister Most se perd sous l’abribus du Campanile.

 

Si jamais il reprend la ligne dans l’autre sens, on espère qu’il nous ramènera une oeuvre moins sombrement nombriliste et plus artistiquement convaincante…

 

 

 dsc1770rsolutiondelcran.jpg

Du pain

 

dsc1767rsolutiondelcran.jpg

 

 

…sur la planche, pour que, très bientôt, il y ait de nouveau du pain sur la place.

 

 

 

dsc1766rsolutiondelcran.jpg

 

 

 

1234
 

Alex Blog |
Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cplespilettes
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres