dsc1832rsolutiondelcran.jpg
Je vous enjoins (j’adore enjoindre!!) de vous rendre à l’invitation de Mme Cartron, quand vous serez tirés au sort sur les listes électorales.

 

En effet, chaque mois, notre maire organise une réunion informelle, sans ordre du jour établi, au cours de laquelle les artiguais conviés peuvent aborder tous les sujets.

Du plus général (« Quel sera l’impact de la suppression de la taxe professionnelle sur les finances de la commune? ») au plus anecdotique (« Pourquoi n’y a-t-il pas d’arrêt de tram devant mon portail? »)

 

Ces rencontres sont passionnantes, et à plus d’un titre.

 

D’abord, on y apprend plein de choses sur notre commune, conjuguée au passé, au présent et au futur.

Saviez-vous, par exemple, que notre centre-bourg a failli être implanté à l’emplacement de l’actuelle médiathèque? Mais que l’équipe municipale d’alors a fait un autre choix… Saviez-vous que notre église romane n’est pas une église classée, comme tout le monde le croit? Et que la pierre peut revêtir toutes les couleurs de l’arc-en-ciel, selon les architectes des bâtiments de France?

 

Ces rencontres sont aussi l’occasion de couper le cou à certaines rumeurs persistantes, et de mettre le point sur le I d’Artigues.

 

Saviez-vous que la « frénésie de constructions » (je reprends le mot d’un intervenant, mais on le retrouve sur toutes les bouches artiguaises), est principalement le fait de particuliers, faisant le choix de vendre à des promoteurs privés? Et que la mairie ne peut que limiter les dégâts, en imposant un quota de logements sociaux, quota qui garantira une qualité minimale de construction et une mixité sociale acceptable.

 

Et on apprend également beaucoup sur le fonctionnement d’une mairie, sur les relations labyrinthiques entre commune, département, région, et tous leurs sigles ésotériques. Passionnants également l’élaboration du budget, entre investissements et dépenses de fonctionnement, les choix à faire, les projets à différer…

 

Et qu’elle est punchy, notre mairesse… Débattant avec aisance et assurance, se délectant des questions vaches et des sous-entendus perfides, mettant tout le monde dans sa poche avec une bonhomie redoutable. Et avec ça, bien plus fraîche que la rose socialiste, malgré une longue journée de travail à la CUB…

Un sacré animal politique, un genre de Blandine, mais qui se serait allègrement croqué tous les lions arthritiques ou prostatiques de l’arène, sans se départir de son sourire de mamie gâteau…

 

Je vois vois déjà venir, de l’autre côté de l’écran…C’est que je commence à le connaître, l’artiguais chatouilleux!

 

Alors, de grâce, pas la peine de m’en faire une attaque, ni de m’envoyer des cercueils par retour de courrier, ni de clouer des chouettes mortes sur mes portières de voiture, ni de m’accuser de prosélytisme électoral, ou je ne sais quoi, car mes convictions personnelles n’entrent pas ici en ligne de compte…

 

Allez donc vous rendre compte, par vous-mêmes, de la qualité de ces rencontres mensuelles entre une maire et ses administrés, et revenez m’en parler.

 

dsc1834rsolutiondelcran.jpg