• Accueil
  • > Archives pour janvier 2010

Voeux pieux

 

dsc1619rsolutiondelcran.jpg

 

 J’aime bien l’affiche municipale de Lormont, pour cette nouvelle année.

 

Elle donne vraiment envie d’y croire, à la fraternité, malgré toute la mochitude ambiante.

 

Allez, on va faire de notre mieux, pas vrai?

 

Car après tout,on a plus besoin de fraternité et de chaleur humaine ces temps-ci, que de points de croissance ou de pouvoir d’achat. 

 

(Mais si on peut avoir les deux, on prend aussi…)

 

 

 

Michelle, maille belle

 

 

 …sont des mots qui vont très bien ensemble!

 

dsc1600rsolutiondelcran.jpg

 

Depuis sept ans, on peut croiser Michelle sur son stand du marché de Noël.

 

Elle y propose ses petites créations, tricotées avec des restes de laine: petits animaux, sacs et pochettes (j’avais eu un gros coup de coeur pour l’un d’eux!), écharpes.

 

J’ai été lui rendre visite, car j’avais une commande spéciale à lui passer.

 

Chez Michelle, il y a des fleurs partout: sur les fauteuils, sur les rideaux, sur les tableaux, autour des portes. Des fleurs peintes, brodées, collées…

 

dsc1596rsolutiondelcran.jpg

 

 

Et des petites chouettes aussi, que Michelle a longtemps collectionnées.

 

dsc1598rsolutiondelcran.jpg

 

Parmi elles, il y a la chouette verte que sa petite-fille a tricotée pour elle.

 

Car, si Michelle aime les travaux manuels en général (depuis qu’elle a été animatrice dans un centre social), c’est le tricot qui emporte quand même sa préférence.

 

Comme le chant de la chouette, tricoter l’apaise. En montant des mailles, en imaginant de nouvelles figurines, elle dénoue, dans la douceur de la laine, toutes les entraves de sa vie.

 

Et elle déborde d’idées, et d’envies, et de projets. 

 

dsc1605rsolutiondelcran.jpg

 

Son travail m’ »interpelle » beaucoup (c’est le mot à employer quand on n’en trouve pas de plus adéquat!) Et sa démarche me rappelle fortement celle de jeunes créatrices qui utilisent le tricot, en décalant son image ringarde. J’aurais aimé lui présenter leur travail, mais Michelle n’a pas encore internet.

 

Dommage! Car elle pourrait rejoindre le CFT (Collectif France Tricot) qui rhabille  les objets du quotidien, ou de la rue, suivant ainsi un mouvement américain: le « yarn-bombing ».

 

 

knitbomb.jpg33225601781deca3708crsolutiondelcran.jpg

 

 

 Parmi les fondatrices du CFT, Solène Couturier, dont les poupées sont désormais vendues chez Colette, temple de la branchitude parisienne.

 

Ci-dessous à gauche, le Polnareff de Solène Couturier et à droite, le bonhomme de Michelle:

solenecouturierrsolutiondelcran.jpg  dsc1603rsolutiondelcran.jpg

 

Quant à Dagmar Radmacher, elle amène le tricot dans une autre dimension artistique, avec ses oeuvres de laine, poétiques ou dérangeantes. Ci-dessous, ses petits boxeurs:

 

dagmarradmacherrsolutiondelcran.jpg

 

Ancienne élève du Royal College  of Arts, cette danoise, qui expose désormais dans les plus prestigieuses galeries, est elle aussi une adepte du yarn-bombing.

 

Chez elle, même les pieds des chaises sont emmaillotés, et la télé met sa cagoule…

 

Il faut vraiment que Michelle découvre ça…

 

dsc1604rsolutiondelcran.jpg

Haïti martyre

haiti17jmd21rsolutiondelcran.jpg -Joseph Ghin

 

Mon coeur a tremblé, comme la terre haïtienne, à l’annonce de la catastrophe.

 

A Haïti, il n’y a plus rien. Et avant cela, il n’y avait déjà pas grand-chose…

 

Mais, malgré la misère et malgré l’oppression, toujours, en Haïti, il y eut des artistes. Des peintres éblouissants, des poètes chamarrés…

 

Malraux ne s’y était pas trompé, lui qui savait comme Breton, qu »il n’y a pas de hiérarchie dans l’art », et qui s’est rendu deux fois dans l’île vaudoue. Qui part à vau-l’eau.

 

Son second voyage en décembre 1975 fut aussi son dernier, et il accorda aux peintres-paysans de la communauté du Saint-Soleil l’ultime salle de son « Musée imaginaire ».

 

Son essai: « L’intemporel », paru après sa mort, interrogeait le monde de l’art (à ne pas confondre avec l’histoire de l’art) et ses « marges ». Et il développe l’idée (je résume à la hache) de l’art émancipé du temps (à défaut de l’être des intempéries…)

 

Et qu’aurait donc pensé Malraux du fulgurant Basquiat, haïtien par son père, et par tous ses pinceaux??

 

« Haïti, peuple de peintres. (…) Mais pourquoi la couleur surgit-elle en Haïti, plutôt qu’en tout autre île des Caraïbes? » s’interrogeait-il.

 

On pourrait, hélas, dans cette citation, remplacer trop aisément « couleur » par « douleur »…

 

malraux03rsolutiondelcran.jpg Pierre-Louis Prospère

Fin de l’épisode…

 

…hivernal.

 

dsc1593rsolutiondelcran.jpg
Et on peut s’en assurer en consultant le tout nouveau tout beau panneau municipal, qui nous donne les voeux, la date, l’heure, la température, et même l’endroit où se trouvent nos pompes, pour les jours où on serait un peu à côté.

 

Youpi, c’est le redoux!!

 

Les fleurs, les joggeurs et les blogueurs vont pouvoir, enfin, remettre le nez dehors.

 

dsc1557rsolutiondelcran.jpg
(« Fleur de cannelle », au Poteau, il y a trois jours).

 

Ah ben non tiens… Voilà maintenant qu’il pleut des cornes, comme on dit par chez moi…

 

 

12345
 

Alex Blog |
Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cplespilettes
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres