• Accueil
  • > Archives pour décembre 2009

Chic Lit

 

dsc1476rsolutiondelcran.jpg

 

Hier soir, remise du second prix littéraire artiguais.

 

Les débats furent,une nouvelle fois, chaleureusement animés, compensant ainsi la rigueur climatique extérieure. 

 

Débats que nous avons, à la grande majorité, entamés par un kir.

 

Pour le premier tour, la compétition fut rude entre le saumon mariné et le toast reblochonné:

 

dsc1481rsolutiondelcran.jpg dsc1482rsolutiondelcran1.jpg

 

Notons les délicates trouvailles stylistiques du chef du Vésuve, qui a utilisé des germes de poireau pour décorer et relever son carpaccio de saumon.

 

Deuxième tour: ça se corse. Pastilla de saumon à la mousse d’aubergines, ou tartare à l’italienne avec son petit volcan:

 

dsc1485rsolutiondelcran2.jpg dsc1484rsolutiondelcran1.jpg

 

 

 

Et finalement, la farandole de desserts a mis tout le monde d’accord.

 

(Mais là,pas de photo, car j’étais trop occupée à consoler Pierre L., qui s’inquiète de ce que ses commentaires  ne soient pas suffisamment clairs, ou suffisamment drôles. Je vous en prie, rassurez cet artiste en proie à un affreux doute créatif. Esclaffez-vous bruyamment lors de sa prochaine intervention ici. Merci pour lui.)

 

Voilà. Vivement le prochain prix.

 

…..

 

Quoi, le gagnant?

 

Quel gagnant? Ah oui!! C’est vrai!! Le livre!!!

 

Et bien, comme d’hab, c’est le meilleur qui a gagné quoi, à savoir : « Des hommes », de Mauvignier qui a su fédérer autour de son remarquable roman, des lecteurs fort dissemblables parmi notre jury.

 

Il a même su conré-kir conquérir mon petit coeur endurci, et gommer tous mes préjugés sur les livres de guerre, qui s’épanchent sur les soldats sacrifiés et les enfants massacrés.

Voilà que, comme Swan à Odette, j’ai donné mon petit coeur tout ramolli à un livre « qui n’était même pas mon genre »…

  

(Cette récurrence alarmante de références proustiennes commence à m’inquiéter vraiment. Je tousse, encore un peu, chaque nuit, et je sens même que je vais me fleurir bientôt d’une jolie moustache et d’un oeillet à la boutonnière…

Il devient urgent d’aller me dégoter une belle paire d’escarpins à poser sous le sapin…)

 

 

dsc1479rsolutiondelcran.jpg

N’oublie pas…

 

 

…mon petit soulier.

 

 dsc1401rsolutiondelcran.jpg

 

-Parking Griff+-

Mi-figue Mi-français

 

dsc1457rsolutiondelcran.jpg

 

L’épicerie Biocoop d’Artigues vend à l’unité (0,96 euros) des petits sablés à la figue, pas tout à fait aussi bons quand même, mais presque exactement semblables à ceux que ma grand-mère guéparde confectionnait et nous faisait parvenir, au moment de Noël.

 

Les siciliens les appellent des « cucidati »(« petits bracelets » en dialecte) car il arrive qu’on leur donne la forme d’un demi-cercle Les italo-américains les appellent des « sicilian X-cookies », car il arrive aussi qu’on leur donne la forme d’une croix. Ou bien d’un petit rectangle.

 

xcookies1rsolutiondelcran.jpg

Il faut dire qu’il y a autant de variantes de cucidati que de nuances de bleus dans les mers de Sicile.

 


On les remplit avec tout ce que l’on a sous la main, la figue restant obligatoirement l’ingrédient principal. Mais on peut lui ajouter des raisins secs (héritage romain), de la cannelle (héritage maure), des écorces d’orange confites (héritage grec), du café (héritage italien: le café c’est bon avec tout), etc…

 

On peut aussi les glacer au sucre et les décorer de vermicelles colorés, version cucidati bling-bling, de chocolat (héritage chrétien: les carmélites s’ennuyant ferme dans leurs couvents adaptaient les vieilles recettes des anciens harems locaux.)

 

single221rsolutiondelcran.jpg

 

Les plus pauvres se contentaient de fourrer une miche de pain avec les figues séchées à blanc au soleil, sur une pierre du porche.

 

La recette de ma grand-mère (que Dolce Gabbana Dieu ait son âme), était tout à la fois simple, suave, subtile, sublime.

 

Les cucidati sont emblématiques de la cuisine, de l’histoire et de la culture sicilienne. Et même, de son identité nationale (vous me voyez venir là?)

 

Finalement tous différents, dans leur forme et leur composition, voire dans leur dénomination même, mais tous semblablement et solennellement estampillés cucidati, et intrinsèquement siciliens, dès qu’ils intègrent la figue à une pâte moëlleuse et sablée à la fois.

 

Tout comme ce peuple, hétéroclite et unique, qui a su assimiler les influences arabes,françaises, grecques, espagnoles, romaines, normandes etc… tout en restant fondamentalement sicilien. Et s’assimiler également aux différentes cultures qui l’ont accueilli, tout en conservant sa singularité (les siciliens se sont toujours fort bien exportés au cours des siècles).

 

Bon, mais si être sicilien, c’est être flegmatique et baroque à la fois, être français, c’est quoi alors?

 

 Là je préfère laisser la parole à un VRAI français: Eric Cantona, quintessence du joueur de foot frenchy pour les anglais, qui n’a pas sa langue dans la poche, et est loin d’être aussi bête que les pieds de Thierry Henry:

 

« Etre français est-ce que c’est chanter la Marseillaise, parler français, et lire la lettre de Guy Môcquet?

Non, ça c’est être con.

Etre français c’est être révolutionnaire. »

 

Et j’ajouterai: c’est accueillir l’étranger, l’opprimé, et le rajouter au fond de sa marmite pour aromatiser le fond de sauce.

 

 Mais qu’apprends-je? Canto, il est moitié espagnol, moitié sarde? (Ca ne m’étonne qu’à moitié. Ils sont spéciaux les sardes. Les seuls parmi les italiens à aimer être soldats pour d’autres raisons que de porter un bel uniforme, bien coupé. Mais je charrie là: les siciliens ont toujours adoré mettre les sardes en boîte…)

 

 Bon, De Gaulle alors. Lui, on ne peut rien lui reprocher, niveau francitude.

 

« Il y a deux sortes de français. ceux qui disent qu’il y a deux sortes de français, et les autres. »

 

C’était notre rubrique: « J’vois pas pourquoi y a que Marcel qu’aurait le droit de  parler du tout et du rien en grignotant les gâteaux de mémé ».

 


dsc14662rsolutiondelcran.jpg

Forcément sublime

celine2rsolutiondelcran.jpg

 

Nous interrompons nos programmes pour mettre en ligne les clichés exclusifs de notre envoyée spéciale à Copenhartigues: C-Line.

 

Notons que ça complote sévère dans les écoles artiguaises pour nous offrir un Noël super joyeux et totalement recyclé…

 

celinersolutiondelcran.jpg

12345
 

Alex Blog |
Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cplespilettes
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres