• Accueil
  • > Archives pour novembre 2009

Ich bin eine artiguaise

 

dsc1370rsolutiondelcran2.jpg

 

Vingtième anniversaire de la chute du mur de Berlin.

 

 

Mais il y a encore 18 000 kilomètres de murs qui séparent les hommes à travers le monde.

 

 

berlinrsolutiondelcran.jpg

 

Israéliens/palestiniens, mexicains/états-uniens, coréens du nord et du sud, turcs/chypriotes, indiens/bangladeshis, marocains et espagnols de Ceuta et Melilla.

 

Et ce n’est sans doute pas fini.

 

Pendant la commé-mur-ation, les travaux continuent…

 

 

 

dsc1372rsolutiondelcran.jpg

 

Park avenue

dsc1280rsolutiondelcran.jpg

 

Voie royale pour accéder en voiture au tout nouvel accès au parc, avenue de l’Eglise Romane.

 

Malheureusement, pour poursuivre aussi confortablement à pied vers le centre-bourg, il faudra encore patienter…

 

(Non, je ne radote pas. C’est stratégique…On finira bien par l’avoir à l’usure, notre allée de graviers.)

 

dsc1282rsolutiondelcran.jpg
 

 

 

 

JudOR

 

dsc1327rsolutiondelcran.jpg

 

Cet homme est un homme heu-reux.

Tellement béatement heureux qu’on pourrait envisager de lui faire une queue-de-poisson sur le parking de l’école, voire lui piquer sa place dans la file d’attente de la poste sans qu’il ne moufte.

Grave erreur.

Car cet homme est plus précisément un homme or-heux, et s’il sourit de tous ses dans, c’est parce qu’il est champion du monde. De judo.

 

Vous comprenez mieux pourquoi il est préférable de faire tat-ami avec lui, et pas trop le chercher. (On a beau dire: le judo, c’est courtoisie et maîtrise de soi, on ne sait jamais quand même…)

 

Il vient, avec son équipe, de remporter la finale des championnats du monde de judo-show, à Malte. (Face à l’Italie, d’après ce que j’ai cru comprendre, mais j’ai évité de creuser le sujet, en raison de la prudente courtoisie évoquée plus haut.)

 

Vous l’avez reconnu bien sûr, c’est Thierry Sarrazin, et il enseigne le judo aux petits et aux grands artiguais, qui ont bien de la chance d’avoir un tel prince en leur dojo.

 

championnatdumondejudoshowmalte2009896.jpg

 

Mais qu’est-ce que le judo-show ? Et, à la demande expresse de Pierre L. qui tient à rester anonyme mais s’intéresse beaucoup à cette discipline, y-a-t-il vraiment des majorettes en kimono-jupettes?

 

Notre ceinture noire me lance un regard de la même couleur, et l’espace d’une seconde, je me fais l’effet du misérable Petit Scarabée, bien à la bourre sur la longue et tortueuse Voie de la Sagesse.

 

Mais il se reprend vite (c’est peut-être pas des sornettes finalement, ces histoires de self-control).

 

Donc, de majorettes et de geishas, point. C’est du sérieux le judo-show: une chorégraphie au cordeau de diverses figures, exécutée par des judokas 1° classe, et plutôt destinée à mieux faire connaître le judo et ses variantes.

 

(Notons, sur la photo ci-dessous, les ravissantes cravates roses arborées par les espèces de policiers dans le coin à gauche, et qui devraient beaucoup plaire à David Douillet.)

 

 

championnatdumondejudoshowmalte2009690.jpg

 

Pour se faire une idée plus précise, on peut visionner la finale sur le site de la Fédération de judo, ou mieux encore, se rendre le 14 novembre à 18h. au Cuvier,pour faire une jud’ovation à toute l’équipe qui nous fera l’honneur de s’y produire.

 

Toutes nos félicitations au champion, dont on espère qu’il ne tournera pas aussi mal que David Douillet, ses pièces jaunes  et ses « tapettes » (Comment ça j’ai qu’à aller lui dire en face? Restez courtois, je vous prie). Et merci pour ces photos qu’il m’a confiées, afin que je vous les fasse partager:

 

 

championnatdumondejudoshowmalte2009649rsolutiondelcran.jpg  championnatdumondejudoshowmalte2009823rsolutiondelcran.jpg

 

championnatdumondejudoshowmalte2009872rsolutiondelcran.jpg
 championnatdumondejudoshowmalte2009874rsolutiondelcran.jpg

 

 

Et le judo-show can go on, car il semble que la relève soit déjà assurée…

 

dsc1326rsolutiondelcran.jpg
 

 

 


 

Auspices

 

 

dsc1259rsolutiondelcran.jpg

 

Une tourterelle (?), désorientée, vient s’encastrer sur le verre de ma fenêtre comme dans un dessin animé de Tex Avery. Elle se ressaisit, puis reprend son vol, abandonnant derrière elle la fantomatique empreinte d’un auspice non résolu…

 

 

Beaucoup d’oiseaux aussi dans le si beau roman de Marie Ndiaye  que je viens de terminer: « Trois femmes puissantes », déjà au programme du prix littéraire artiguais, et qui vient d’obtenir le Goncourt.

 

Beaucoup d’oiseaux et de battements d’ailes, et des soubresauts d’ailes brisées, beaucoup d’augures et de présages, et des silhouettes libres traversant des cieux sans entraves, eux.

 

Au fil de cette langue superbe, si pure, si classique, si moderne… si … »Gallimardesque »!

 

D’heureux auspices pour cet auteur, au bout du compte.

 

J’écris « cet » auteur exprès car le débat actuel m’énerve un peu: c’est le Goncourt pour une femme et pour un livre de femmes, gna gna gna, et c’est le Goncourt du métissage et de l’intégration, gna gna gna…

 

C’est juste le Goncourt pour un très beau livre. Et qui le serait tout autant s’il avait été écrit par un transsexuel libano-suédois.

 

Tiens, et pour changer un peu, osons dire plutôt que c’est un livre profondément chrétien, avec ses chutes, ses rédemptions, ses contrepoints plein d’espérance, et jusqu’à sa forme: un triptyque qui reprend la Sainte Trinité: le Père, le Fils, et le Saint-Esprit.

 

(Et dès qu’il y a une place de critique littéraire qui se libère à l’ »Osservatore Romano », elle est pour moi, non?!)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

12345
 

Alex Blog |
Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | toute ma vie !!!
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres