dsc1408rsolutiondelcran1.jpg
Parallèle amusant (?) à la médiathèque, autour de deux expositions simultanées des ateliers d’arts plastiques.

 

Sur votre gauche, un travail autour du gris, qui est plus une nuance qu’une couleur: rien à voir avec la franche simplicité d’un magenta, l’assurance tranquille d’un bleu cyan.

 

Des gris, il y en a tant. Des gris rosés, des gris bleutés, des gris taupés… ils se déclinent dans toutes les teintes et sont fort bien exploités ici, sur de grands panneaux de toile.

 

dsc1403rsolutiondelcran1.jpg

 

 

 

A votre droite, un travail autour du portrait, ses diverses déclinaisons, les diverses nuances d’une même identité.

dsc1404rsolutiondelcran.jpg

 

J’ai beaucoup aimé celui-ci:

 

 dsc1407rsolutiondelcran.jpg

 

Et, plus loin, sur un rayonnage, un charmant petit livre pour enfants, des éditions Autrement-Junior: « Et toi, tu es français ou étranger? »

Pour s’adresser au jeune public, on privilégie souvent les couleurs primaires, peu « rabattues » ou « rompues » comme on dit si joliment. C’est plus simple, plus gai. Même quand le sujet n’est ni simple, ni gai.

 

 

dsc1394rsolutiondelcran2.jpg         dsc1391rsolutiondelcran1.jpg

 

 

En le feuilletant, je souris et me prends à penser que l’identité, nationale ou intime, c’est un peu comme le gris. Plus une nuance qu’une couleur, plus un subtil « sfumato » qu’un « color-block » à la Mondrian. Et comme les portraits, elle se compose plus par petites touches que par de grands aplats bien lisses…

 

dsc1393rsolutiondelcran.jpg

 

Simple comme un dessin d’enfant… Mais bon, à dix ans, on n’a pas encore composé toute sa palette, ni décliné toutes ses nuances…Le monde a encore les couleurs du pays de Oui-Oui,  la justice les traits des Totally Spies, et tous les mariages sont roses, et non pas gris.

 

 

Mais, au fait, d’où sort-elle cette nouvelle (et si urgente…) problématique de l’ »identité nationale »? Des réserves poussiéreuses de quelle sorte de musée? Qui ne nous donnerait à voir qu’une nation aussi peu nuancée que le « Carré noir sur fond blanc » de Malevitch?

Alors que nous aimons aussi les fondus à la Monet, les ombres gris violacé de Cézanne, la puissance des masques africains et les compositions hétéroclites d’Arcimboldo…

 

 

 

dsc1409rsolutiondelcran.jpg