• Accueil
  • > Archives pour octobre 2009

Don Quic’home

 

dsc1231rsolutiondelcran.jpg

 Parfois, sur certaines façades, on peut voir des cigales en terre vernissée, comme pour attirer le sud sur la maison, ou des hirondelles, comme pour y attirer le bonheur.

 

 

Déjà beaucoup de créatures ailées Boulevard des Oiseaux… Alors, pour changer un peu, un riverain a préféré orner sa façade de deux silhouettes mythiques, et reconnaissables entre toutes: celles de Don Quichotte de la Manche et de son acolyte, le rondouillard Sancho Pança.

 

 

On a toujours un petit pincement à l’âme en les apercevant, ces deux créa(carica)tures picaresques, qui ont tant fasciné peintres, poètes, et blogueuses.

 

 Ainsi, dans un docu passionnant diffusé il y a quelques années sur Arte, l’écrivain portugais José Sarramago (jamais lu? Tout à fait normal: il a eu le prix Nobel) décrivait ainsi « le chevalier à la triste figure »:

 

 « Don Quichotte s’obstine à ne pas être lui-même, mais à être celui qui sort de chez lui pour entrer dans ce monde parallèle et vivre une nouvelle vie, une vie authentique. » (…)Don Quichotte est cet autre que nous ne pouvons être, et c’est pour ça que nous l’aimons. » 

 

Pour moi, il est plutôt celui qui ne voudrions surtout pas être. Car le héros devient héros après coup, mais sur le coup, il est juste réprouvé, ridicule, pas du tout tendance. Sur le coup, il est sous les coups…

 

Pensons aux premières suffragettes, aux premiers écolos, aux premiers résistants, et comment la société de leur temps se payait leur tête, dans tous les sens du terme.

 

Je préfère l’interprétation de George Orwell, qui voyait dans l’hidalgo et son valet, les contradictions d’une seule personnalité:

 

« Si vous sondez votre esprit, qu’y découvrez-vous? Don Quichotte ou Sancho Panca? Presque certainement l’un et l’autre à la fois. Il y a en nous quelqu’un qui voudrait être un héros ou un saint, mais il y aussi un petit homme grassouillet voyant très nettement l’avantage qu’il y a de rester en vie et en bonne santé. C’est là votre moi non public, la voix de l’estomac qui regimbe contre celle de l’esprit. »

 

 

(Remarquez que Woody Allen l’a dit en moins de mots: « Je hais la réalité, mais c’est encore le seul endroit où se faire servir un bon steak. »)

 

Mais bon, j’arrête là sinon je risque le Nobel du blog, et plus personne ne me lira.

 

Sans compter que notre voisin du boulevard des Oiseaux, si ça se trouve, c’est juste parce qu’il a été faire un petit shopping en Espagne que nos deux héros se retrouvent au-dessus de son seuil…

 

 

 

dsc1232rsolutiondelcran.jpg

C’est moi qui le dis

 

dsc1286rsolutiondelcran.jpg

Puisqu’on me donne si obligeamment la parole, je la prends.

 

A mon avis, le problème chez Simply, c’est que ce magasin est une vraie banquise. Pas au niveau des rapports humains, car le personnel y est toujours adorable, disponible et souriant.

 

Mais si le panneau précise: « Premier pour la rapidité des courses », c’est parce qu’on est obligé de les faire au pas de course, les courses. Pour éviter les engelures aux orteils quand on a oublié les moon-boots dans la voiture.

 

 Dans ces conditions climatiques extrêmes, de malheureux fruits ou légumes (qui ont parfois accompli de longs périples depuis leur contrée d’origine, mas caliente), semblent comme placés en réanimation sous leurs fringants brumisateurs.

 

 Et le client transi n’ose pas les en extraire, de crainte de les exposer à un nouveau choc thermique qui pourrait leur être fatal.(Et puis allez donc choisir des cerises avec les moufles.)

 

Mais au moins, les mamies de la rive droite sauront où se réfugier lors de la prochaine canicule; ainsi que les ours polaires en voie d’extinction dans leur habitat naturel.

Et ça, ça fait chaud au coeur.
 

C’est moi qui vous le dis.

 

dsc1287rsolutiondelcran.jpg

 

Mais ils ont aussi des initiatives sympathiques. En ce moment, par exemple, se déroule l’action « Quartier d’Energie », en liaison avec des associations locales. A l’entrée du Simply se tient l’association artiguaise Kidexpe qui collecte des fournitures scolaires et sportives à destination des enfants du sud marocain. C’est jusqu’à dimanche.  

 

 

Forza Artigues

dsc1279rsolutiondelcran.jpg

 

Peut-être qu’une ville cesse d’être simplement une « banlieue » quand on peut enfin y faire autre chose que rentrer pour regarder le match à la télé, ou sortir pour déposer les enfants à la garderie scolaire.

Quand elle cesse d’être un lieu de transit pour devenir un lieu de vie, et que l’on peut, par exemple, y trouver ses livres préférés, pratiquer son sport favori, partager des soirées sympas, rencontrer les autres.

 

Et ressentir de moins en moins le besoin d’aller « voir ailleurs » si on y est.

 

 Il me semble qu’Artigues est en train de prendre doucement ce chemin…

 

Ainsi, on peut maintenant y vivre pleinement sa passion de joueur (ou de supporter) de foot, grâce à Joan Pontalier, un néo-artiguais.

En mai 2009, il a ouvert au 20 avenue du Périgord une structure de foot indoor (en anglais dans le texte): « Futbol Futbol » (en brésilien dans le texte), activité jusqu’alors réservée à ces snobinards de l’équipe Rive Gauche.

 

dsc1285rsolutiondelcran.jpg
 

Pour les abonnés au Cuvier, les adeptes de la méditation transcendantale ou ceux qui ont choisi japonais première langue, je précise que cela consiste à pratiquer le foot en salle. L’équivalent du squash pour le tennis, en somme.

 

Et la salle artiguaise est fort belle, et bien équipée. On peut y jouer au FUT5 à dix (2 équipes de 5):

 

 

dsc1274rsolutiondelcran.jpg 

… ou au JORKYBALL, à quatre (2 équipes de 2):

dsc1275rsolutiondelcran.jpg
Et on explique même les règles à tous ceux qui n’ont pas choisi  brésilien première langue:

 

dsc1283rsolutiondelcran.jpg

 

 

Mais c’est aussi un « sport café » (en français dans le texte?), où l’on peut jouer à la WII, à la Playstation, au baby foot, et  regarder tous les matches importants sur écran géant.

 

dsc1273copiersolutiondelcran.jpg

 

On peut aussi y manger: pasta et bruschetta (en italien dans le texte), au menu. « Et pourquoi pasta et bruschetta? » demandé-je, le coeur déjà gonflé d’une légitime fierté. « Mais parce que c’est le régime des champions ».

 

Pardi!!! Et quatre fois même!!!

 

 A ce propos, il y a un détail qui m’a légèrement perturbée tout de même. Joan me montre les vestiaires, certes superbes, mais il précise: « On a choisi les plus beaux gosses pour décorer les vestiaires des filles ». 

 

dsc1284rsolutiondelcran.jpg

 

Ah bon…Pourtant, je cherche en vain Cannavaro, Pirlo, ou Luca Toni (c’est pas le più bello, Luca Toni, les filles?)…et, en plus, ils seraient pas un tout petit peu champions du monde, non? Et quatre fois, per Bacco…

 

« Oh!… Mais c’est qu’ils sont trop violents ces italiens… » me répond Joan, sans rire, devant un gros plan de LA TÊTE de Zidane.

 

Voyez-vous, c’est ça qui m’agace chez les tiffosi français: leur indécrottable mauvaise foi…Et leur nationalisme outrancier.

 

Pas de ça chez les azzuri, adeptes du beau jeu et des beaux joueurs,  qui font l’orgueil de leur pays et de leur mamma par un comportement toujours exemplaire sur le terrain et devant le miroir de leur salle de bain (en toute objectivité dans le texte).

 

(N’empêche, QUATRE fois…)

 

dsc1278rsolutiondelcran.jpg

 

 Futbol Futbol est ouvert de 10h à 23h du lundi au vendredi, de 9h à 20h du samedi au dimanche. (Tous les jours, quoi)

Il faut réserver les salles au 06-10-83-53-81 ou sur leur site www.ffartigues.com

 

Le coin du coing

 

dsc1248rsolutiondelcran.jpg

Le coin parking va s’agrandir du côté de l’Eglise romane, là où se trouvait, cet été, notre champ de maïs éphémère.

 

Par bonheur, le tracé en a été dévié, pour permettre la sauvegarde du bouquet de cognassiers qui y était solidement implanté depuis des années.

 

dsc1249rsolutiondelcran.jpg

 

Ouf! On va pouvoir continuer à produire nos petites gelées, archi-bio et anti-crise, nos pâtes de fruits, nos confitures, nos tajines d’agneau aux coings…

 

Du 2 en 1: parking + coing = parkoing.


dsc1251rsolutiondelcran.jpg

 

123456
 

Alex Blog |
Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cplespilettes
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres