(Spécial Festival de Cannes)
affichevoleurdebicyclette19481.jpg

 

Les voleurs de bicyclettes- 1948

 

Dans l’Italie post-fasciste, un chômeur de 40 ans, vient juste de retrouver un job qui lui permettra de travailler beaucoup pour gagner peu. Manque de pot prolétaire: on lui vole la bicyclette qu’il vient à peine de désengager au Mont de Piété.

 

S’ensuit une course poursuite désespérée dans une Rome déboussolée. Antonio finira par voler, à son tour, une bicyclette, se retrouvera, à moitié lynché, chez les carabinieri qui ont d’autres communistes à fouetter, le tout sous le regard de son fils qui ne devrait pas, plus tard, voir l’utilité d’apprendre par coeur la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

 

 Les voleurs de bicyclette- 2009

 

Dans la France pré-fasciste, deux écoliers de moins de dix ans viennent juste de sortir de l’école où ils ont appris par coeur la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme , en espérant que l’ascenseur social et celui de l’immeuble ne tombent pas encore en panne.

 

Scoumoune scolaire: deux voitures de la police les cueillent à la sortie pour leur montrer les nouvelles armes de poing que vient à peine de leur octroyer la MAM de piété.

 

« Vol de bicyclette », énoncent les condés qui n’ont apparemment pas d’autres sans-papiers à fouetter, « Qui vole un oeuf rameute les keufs! Et pour un BN, c’est le GIGN! »

 

S’ensuit une garde-à-vue désespérée dans une banlieue déboussolée. Le vélo volé sera retrouvé, les mères finiront par récupérer leurs enfants, que l’école avait laissés partir avec n’importe qui sans même les en informer, le tout sous le regard des copains et de leurs parents qui devraient se dépêcher d’ apprendre par coeur le numéro de téléphone d’un bon avocat.

 

Les voleurs de bicyclette- 1948 (le pluriel est dans le titre italien) est un petit chef-d’oeuvre du néo-réalisme italien, joué par des acteurs non professionnels, et déjà disponible dans toutes les médiathèques honorables. Dont la notre.

 

Les voleurs de bicyclettes- 2009 est un petit chef d’oeuvre de la néo-réalité française, joué par des acteurs non professionnels, et bientôt disponible dans toutes les communes honorables. Dont la notre?