dsc0976rsolutiondelcran.jpg

 

 

!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

 

Marie-Entoilette a été faire un petit repérage pré-cyclopédique des portions de pistes cyclables disponibles dans la commune, histoire de voir un peu où elle va poser son auguste pédale.

Bon, avenue de l’Eglise romane, jusqu’au feu, ça va à peu près. Les pistes cyclables toutes neuves sont très agréables, bien qu’encore un peu limitées. Mais les trottoirs de l’avenue sont suffisamment larges pour permettre aux trouillards dans mon genre de circuler dessus.

 

(On dit que le vélo ça ne s’oublie pas, mais j’ai quand même oublié comment on fait pour rouler droit, et mon fils pareil. Résultat, on passe la moitié du trajet à zigzaguer (de façon fort peu royale, j’avoue) en priant pour ne pas se faire alpaguer par les voitures qui nous frôlent parfois d’un peu trop près. Surtout dans les ronds-points. Brrr, les ronds-points… Fin de la parenthèse première.)

 

 Impeccable aussi du côté du quartier Feydeau.

 

Mais là où ça se gâte sérieusement, c’est dans la partie de l’Avenue de l’Eglise romane en direction de Tresses. En plus des véhicules qui la confondent avec une bande d’arrêt urgence, la piste cyclable recueille tous les déchets déposés sur la chaussée, agrémentés des graviers et diverses scories dues aux travaux. Et si on doit attendre la fin des travaux sur la commune pour faire du vélo tranquille, on n’est pas rendus…

 

De plus, on m’a rapporté que ces graviers sont assez pénibles pour les pneus très sensibles des vélos de course, qui n’y résistent pas toujours. Et c’est la mort programmée du talon bobine…

 

(Au fait, connaissez-vous l’histoire des fameux talons bobines rouges, mis à la mode par Louis XIV?

Et bien, il visita un jour les abattoirs de Paris et trempa ses escarpins dans le sang qui ruisselait au sol. Ces talons teintés lui plurent, et il les garda. Le célèbre chausseur Christian Louboutin a d’ailleurs adapté l’idée, et signe tous ses souliers de semelles écarlates.

Et je soupçonne aussi certaines recessionistas de colorier les semelles de leurs tatanes Zara, au vernis à ongles, pour faire genre. Fin de la  parenthèse seconde)

 

Marie-Entoilette évitera donc ce circuit par trop plébéien, mais vraiment à regret, car là, au moins, c’était tout plat…

 

dsc0972rsolutiondelcran.jpg

 dsc0974rsolutiondelcran.jpgdsc0973rsolutiondelcran.jpg