1b5c12.jpgkif6974copie.jpg

 

A l’occasion du 8 mars, journée internationale de la femme, c’est un week-end tout entier qu’Artigues dédiera à ses habitantes.

 

Artiguaises, mes soeurs, entre l’atelier jambon-nouilles des messieurs, le conte musical et le documentaire, je vous propose donc de vous poser dans un fauteuil moelleux (avec ou sans dragons) et d’ouvrir un bon bouquin, pendant que les hommes de la maison envahiront investiront la Pologne la cuisine.

 

Attention, pas n’importe quel bouquin, mais un vrai bouquin féministe, de la vraie chick-lit pour les poulettes qui en ont sous la crête.

 

Je veux parler de « King Kong Théory » de Virginie Despentes, écrit il y a quelques années, mais toujours d’actualité et disponible à la médiathèque.
Fallait pas compter sur notre macho préféré de libraire pour vous en parler, alors je m’y colle. (C’est pour rire Benoît, c’est pour rire…)

 

Juste un extrait pour vous donner un avant-goût:

 

« Parce que l’idéal de la femme blanche, séduisante mais pas pute, bien mariée, mais pas effacée, travaillant mais sans trop réussir pour ne pas écraser son homme, mince mais pas névrosée par la nourriture, restant indéfiniment jeune sans se faire défigurer par les chirurgiens de l’esthétique, maman épanouie mais pas accaparée par les couches et les devoirs d’école, bonne maîtresse de maison mais pas bonniche traditionnelle, cultivée mais moins qu’un homme, cette femme blanche heureuse qu’on nous brandit tout le temps sous le nez, celle à laquelle on devrait faire l’effort de ressembler, à part qu’elle a l’air de beaucoup s’emmerder pour pas grand-chose, de toutes façons je ne l’ai jamais croisée nulle part. Je crois bien qu’elle n’existe pas. » 

 

 Enfin mes soeurs, une vraie réflexion sur la place réelle et fantasmée de la femme dans notre société, sur le féminisme et ses enjeux…! Le tout dans un style percutant, et plus ébouriffant qu’un bon brushing.

 

Allez, ce week-end, on lit et on oublie.

On oublie un peu d’être une Femmmmme pour redevenir simplement un être humain. Trop humain…


arton2135.gif