• Accueil
  • > Archives pour décembre 2008

Concordances/Ton corps danse

dsc0343copie.jpg

 

J’ai toujours été amusée par la proximité, fortuite, entre le Cuvier de Feydeau et le Centre Occupationnel de l’avenue Gay-Lussac.

Le premier accueille des danseurs et chorégraphes de haut niveau, qui analysent et expérimentent toutes les nuances du langage corporel.

Le second accueille des handicapés mentaux.

 Voir ces derniers quitter le Centre pour regagner leurs foyers, ou attendre le bus, représente un incroyable ballet, qui renvoie tous nos danseurs contemporains à leurs chères études.

Leur gestuelle, leur manière d’habiter leur corps et de le mouvoir, sont d’une grâce et d’une justesse uniques. Ils occupent l’espace de façon si personnelle, si individuelle que les contempler est une expérience profondément émouvante.

Tomber ensuite sur une affiche de pub où s’exposent des corps et des visages formatés, retouchés, ou bien se retrouver dans le flux des gens dits « normaux » qui transportent leur corps comme un cabas usé, rend le contraste encore plus saisissant…

Une magnifique expo, à la médiathèque jusqu’au 31 décembre, rend compte au travers de quelques portraits sublimes et d’un film, d’un travail effectué, à Feydeau justement, entre les divers acteurs du Centre occupationnel et Véronique Laban.

On sent que ce qui est montré là ne constitue que l’écume de ce qui a du se jouer au cours des séances: le rapport au corps, à sa représentation, à son idéalisation.

 

 Cela s’appelle : « Concordances » et c’est terriblement beau et émouvant. Moi, j’en redemande…

 

 

dsc0341copie1.jpg

Petit Papa Nasdaq

 

 

amdmadoff.jpg-WANTED -
 

Je suis sur une grosse enquête actuellement, comme vous le savez.

 

Toutefois, lorsque ces nullards du FBI sont venus me supplier de les aider à capturer Bernard Madoff, dernier vainqueur de l’Escroc’Academy, j’ai accepté bien volontiers de leur donner ce petit coup de main.

 

Je n’y ai mis qu’une seule condition: que mon nom n’apparaisse jamais au cours de l’enquête, car je veux continuer à aller acheter mes Haribo tranquille chez mon libraire préféré. (ou « mes Haribo préférés chez mon libraire tranquille », mais ça sonne moyen.)

 

L’affaire fut rondement menée: l’ex-patron du Nasdaq se planquait rue des Fauvettes, sous le déguisement qui déjà a abusé tant de crédules, tout disposés à lui ouvrir bien grand leur bas de laine, pour qu’il y fasse tomber des taux d’intérêt par milliers.

 

Et vous savez à quoi je l’ai reconnu?

 

A son parachute , bien sûr…

 

 

dsc03652copie.jpg

 

 

 

 

 

Perquisition

 

 

dsc0353copie.jpg

 

 Mes chers concitoyens, l’heure est grave, le temps presse, et des mesures urgentes s’imposent. Cette enquête doit être bouclée avant le 24, et ne me demandez pas pourquoi.

 

Il m’a donc fallu lever le nez du bolduc, et accrocher mon étoile du berger en chocolat au revers de ma veste règlementaire.Objectif: descente surprise dans d’inoffensifs (en apparence seulement…) foyers artiguais, pour tenter de percer le mystère.

 

Mais j’ai fait houx blanc.

 

Hormis d’étranges excroissances végétales (qui déchaineront bientôt les passions dans notre bien-aimée rubrique botanique), au milieu des salons: rien de probant.

 

Les boules…

 

dsc0364copie1.jpgdsc0359copie1.jpg

 

dsc0354copie1.jpg dsc03632.jpg

 

dsc0330copie.jpg dsc0375copie.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Minéral

 

dsc0349copie.jpg

 

C’est en trébuchant sur un pavé que Marcel Proust, dans le »Temps retrouvé »(1927), put ouvrir les vannes de sa mémoire et « échapper au présent par le miracle de l’analogie ». (Comme quoi, il n’y a pas que les madeleines dans la vie.)

 

C’est aussi en trébuchant sur un pavé, durant sa tournée, que le facteur Cheval, en 1879, échappa à son présent laborieux, et ouvrit les vannes de sa créativité en construisant un fantastique palais de pierres, de galets et de coquillages. (Comme quoi, il n’y a a pas que les collections de timbres dans la vie.)

 

Quelques jolies touches minérales à Artigues aussi, bien plus apparentes en ces temps où le vert est en berne…

 

Sur le chantier du futur Simply, de gros blocs de pierres ont été installés pour consolider les berges du ruisseau qui passe en contrebas. C’est simple, et c’est beau.

 

dsc0363copie.jpg
 

Dans la résidence du Mirail, ce sont d’audacieux galets emprisonnés de grillage qui font office de clôtures et de murets. C’est simple, et c’est beau.

 

dsc0352copie.jpg

 

Des cailloux plus petits habillent les poubelles collectives:

 

dsc0354copie.jpg
 
 Simple et beau.

 

dsc0355copie.jpg

 

 

 

 

123456
 

Alex Blog |
Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cplespilettes
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres